Diocèse de Luçon

Accueil > Archives du site 2005-2012 > Editoriaux > Catholiques en Vendée 2012 > Catholiques en Vendée n°60 du 11 juillet 2012

Catholiques en Vendée n°60 du 11 juillet 2012

mercredi 11 juillet 2012, par admin



La spécificité chrétienne de la charité

Il est heureux que Diaconia 2013 coïncide avec l’année
de la foi. Ce sera l’occasion pour notre communauté
de se recentrer sur le Christ qui nous donne les frères à
aimer. Rappelons-nous la parole du Christ : « Chaque fois
que vous l’avez fait à l’un de ses petits qui sont mes frères, c’est à
moi que vous l’avez fait »
(Mt 25, 40).

Les communautés des origines ont ainsi, très vite, compris
que si les chrétiens avaient à vivre dans la même cité
que tous les autres, leur appartenance au Christ leur donnait
d’avoir une conscience propre. Une lettre ancienne,
la Lettre à Diognète, le souligne : « Les chrétiens ne se distinguent
des autres hommes ni par le pays, ni par le langage, ni par
les vêtements. Ils n’habitent pas des villes qui leur soient propres,
ils ne se servent pas de quelque dialecte extraordinaire, leur genre
de vie n’a rien de singulier. (…) Ils obéissent aux lois établies et
leur manière de vivre l’emporte en perfection sur les lois. (…) En
un mot, ce que l’âme est dans le corps, les Chrétiens le sont dans
le monde. L’âme est répandue dans tous les membres du corps
comme les chrétiens dans les cités du monde »
 [1]

Un peu plus tard, St Augustin va développer l’idée des
deux cités : « Deux amours ont donc bâti deux cités : l’amour
de soi jusqu’au mépris de Dieu, la cité de la Terre, l’amour de
Dieu jusqu’au mépris de soi, la cité de Dieu. L’une se glorifie
en soi et l’autre dans le Seigneur. L’une demande sa gloire aux
hommes, l’autre met sa gloire la plus chère en Dieu, témoin de
sa conscience. L’un, dans l’orgueil de sa gloire, marche la tête
haute ; l’autre dit à son Dieu : “Tu es ma gloire et c’est toi qui
élèves ma tête” »
. [2]

La cité de Dieu qu’évoque St Augustin est évidement la
cité de la construction de l’identité chrétienne résolument
fidèle à l’évangile et profondément citoyenne. En réalité,
cette conscience chrétienne naît de l’obéissance à la Parole
de Dieu : « Vous êtes le sel de la terre, vous êtes la lumière
du monde » (Mt 5, 13).

Mais il faut aller plus loin que la simple écoute obéissante
de la Parole de Dieu, c’est au coeur de la célébration de l’Eucharistie que s’est forgée la conscience chrétienne
d’un lien organique entre la foi et le témoignage chrétien
dans le monde.

Cette vision organique de la présence de l’église au
monde à partir de la célébration a déjà été mise en exergue
dans l’encyclique de Benoît XVI, Deus caritas est. Pour
le pape, le service du frère naît de la célébration. Entre les
deux, pas de césure : « Les Apôtres, auxquels étaient avant
tout confiés la “prière” (Eucharistie et Liturgie) et le “service de la
Parole”, se sentirent pris de manière excessive par le “service des
tables” ; ils décident donc de se réserver le ministère principal et
de créer pour l’autre tâche, tout aussi nécessaire dans l’Église, un
groupe de sept personnes. Cependant, même ce groupe ne devait
pas accomplir un service simplement technique de distribution :
ce devait être des hommes “remplis d’Esprit-Saint et de sagesse”
(cf. Ac 6, 1-6). Cela signifie que le service social qu’ils devaient
effectuer était tout à fait concret, mais en même temps, c’était
aussi sans aucun doute un service spirituel ; c’était donc pour
eux un véritable ministère spirituel qui réalisait une tâche essentielle
de l’Église, celle de l’amour bien ordonné du prochain. Avec
la formation de ce groupe des Sept, la “diaconia” – le service
de l’amour du prochain exercé d’une manière communautaire et
ordonnée – était désormais instauré dans la structure fondamentale
de l’Église elle-même »
. [3]

En demandant au Seigneur de donner du fruit à tout
ce que nous entreprendrons au cours de cette année qui
va s’ouvrir, je le supplie aussi de faire de chacun de nous
des hommes et des femmes profondément ancrés en lui
pour le service du frère.

✠ Alain Castet
évêque de Luçon



- 1 ÉDITO de Mgr Castet

  • La spécificité chrétienne de la charité

- 2-3 OFFICIEL

- 4-10 VIE DU DIOCÈSE

  • Les jeunes d’Anuncio
    sur les plages vendéennes
  • Deuxième festival « d’Or et d’Oc »
  • Aux sources de l’évangélisation
  • Pèlerinages de Vendée
  • « L’école du diocèse »
    dans le sillage de l’Année de la foi
  • La 7e nuit des veilleurs
  • La nuit des églises

- 11 ACTUALITÉ

- 12-13 VOUS L’AVEZ VÉCU

- 5/9/15 AGENDA DU DIOCÈSE

- 14-19 SPÉCIAL DIACONIA 2013

  • Diaconia 2013 : « Servons la fraternité ! »

- 20-21 VIE DE PAROISSE

  • Notre-Dame du Gois,
    une paroisse où il fait bon vivre

- 22-23 REGARD SUR L’ART

  • Façade de l’église de Benet : fenêtre gauche

- 24-25 PAGES CULTURE

- 26-27 S PÉCIAL PÈLERINAGES

  • Et si on faisait un pèlerinage ?

- 28 VIE SPIRITUELLE

  • Les clés de l’Évangile

- 29-31 BANDE DESSINÉE

  • Jehanne d’Arc, gagner la paix

- 32 TÉMOIN

  • Marie-France Violleau,
    une énergie missionnaire auprès des jeunes

- III PRIÈRE


[1Cf. « A Diognète », Les Pères Apostoliques. Texte intégral, Paris :
Les Éditions du Cerf, 1998, p.490-492.

[2Saint Augustin, La cité de Dieu, XVI, 28,1

[3Benoît XVI, Deus caritas est, n° 21.