Diocèse de Luçon

Accueil > services diocésains > Proposition de la Foi > Les fêtes liturgiques > Carême 2013 > VOUS AVEZ DIT “CARÊME” ?

VOUS AVEZ DIT “CARÊME” ?

mercredi 13 février 2013, par admin

Carême : du mot latin quadragesima qui signifie le quarantième jour avant Pâques ou “la quarantaine”. Le Carême dure en effet quarante jours. En fait, jusqu’à Pâques, il y a quarante six jours mais on ne compte pas les six dimanches dans les jours de Carême. Parce que, le dimanche, c’est le jour de la Résurrection et ce jour-là, on ne jeûne pas. Chez les chrétiens orientaux maronites, on chante l’alléluia les dimanches de Carême.

Pourquoi quarante ? Tout au long de la bible, la quarantaine est une institution riche de sens. Quarante, c’est le nombre du temps de le préparation en vue d’une mission, d’une grande chose à accomplir, le temps où l’on se dépouille de soi-même, de tout ce qui alourdit, pour retrouver les chemins de l’essentiel, le temps où l’homme se met en situation d’accueil de l’autre, de Dieu, pour mieux comprendre que la vie et le sens de la vie lui sont donnés.

Quarante jours et quarante nuits de Noé dans l’arche sur les eaux du Déluge, avant de se poser sur la terre ferme et de recevoir les paroles d’alliance de Dieu. (Genèse 8 et 9)

Quarante jours et quarante nuits de Moïse sur la Montagne, avant de recevoir les tables de l’Alliance, charte de vie. (Ex 24,18)

Quarante ans du Peuple au désert, pour que l’expérience de survie avec le strict nécessaire lui apprenne à accueillir la vie dans le Terre Promise comme un don de Dieu. (Exode)

Quarante jours et quarante nuits de marche vers l’Horeb, pour le prophète Elie, afin de retrouver le courage de la mission. (1 Rois 19,9)

Quarante jours et quarante nuits de Jésus au désert avant de laisser l’Esprit Saint le lancer dans sa mission de Prophète et de Sauveur. (Mt 4,2)

Et donc, quarante jours de carême chrétien pour se désenfler de l’orgueil et de l’autosuffisance, en vue d’accueillir le grand cadeau de la Vie de Pâques, et pour repartir dans la mission de l’annonce de la Bonne Nouvelle.

À une époque où la civilisation occidentale d’abondance dépense gros d’argent de la sécurité sociale pour faire baisser le taux de cholestérol, la retenue sur les biens de consommation ne pourrait-elle pas, pendant quarante jours et quarante nuits, crier à notre monde que la vie est bien plus belle quand elle est partagée avec les sœurs et frères humains, et ouverte sur le don de Dieu, sur la Pâque du Christ ?

P. René Cougnaud